Lettre ouverte à ma Maman

Publié le par nicolas voisin


(les blogueurs ont des mamans / photo BLP)
 
 
 
 
Tu es la pétillante personne qui m'a vu grandir,
tu es ma plus fidèle amie, un pilier, une valeur sûre, ma valeur ajoutée devrais-je dire....
Je ne sais si vous avez la chance d'avoir encore votre maman.
La mienne est là. Coûte que coûte, et fuck le cancer.
 
Tu es celle qui a permis à tes quatre bambins de pousser et de s'épanouir comme tu sais,
tu es celle qui a lutté contre le poids de la solitude,
contre les assauts de la maladie, les mutilations de la vie,
contre ce système décadent qui ne te permet plus ni de travailler aisément,
ni d'être "prise en charge" dignement,
et moins encore de pouvoir espérer un soutient bancaire :
en France on ne vous prête plus rien, après une chimio.
 
Du Maroc à Tahiti en passant par les Antilles où tu as plus que jamais fleurie,
De Paris au Ferret, des deux grands au deux derniers,
de ta boulle de poils canine et naine à tes petits enfants,
jusqu'à ceux que je rêve de te donner,
tu as traîné et étrainera ton amour et ta pêche par-delà les moments gris.
 
Ma Maman...
Tu le sais, mieux que d'autres, la vie est un périlleux chemin
et les raisons qui vous rattachent à elles semblent parfois dérisoires.
Oui, mais c'est dans cette vie, ma bonne-mère,
ma vieille-branche, et nul part ailleurs, que l'on compte encore,
et plus que jamais, partager des ti-punchs, de médiocres rosés,
des fou-rire et des mondes à refaire autour d'une fin de pot-au-feu.
A tes côtés.
 
Il y avait Florence aujourd'hui dans l'actu,
il y avait ce Julia plus torturé et ambigu qu'il n'y parait, et pourtant...
Il y avait cette dette française qui dépasse les 65% du PIB,
il y avait ce froid historique qui congèle et condamne nos cerisiers,
mais hier soir comme ce matin, c'est vers toi que mes pensées allaient.
 
Bats toi ! Relève toi... Nous sommes là, seront là,
parce-que, comme une évidence, il m'est apparu depuis longtemps déjà,
que sans toi, je, nous, n'en serions pas là.
Tout cela me laisse dans une tendre brume nostalgique...
 
J'ai envie de lire "le dormeur du val", comme à dix ans,
j'ai envie de partir tout un dimanche,
construire une cabane dans les bois, comme à huit ou à douze ;
j'ai envie de te défier, de vous provoquer, comme à quatorze,
envie que tu me redonnes ma dernière baffe, comme à seize,
pour me crier "je t'aime".
 
Pour t'écrire, te dire, encore :
On t'aime...
Maman.
 
 
 
 
 
 

Publié dans la voix du blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine 19/03/2005 17:17

Quel belle déclaration d'amour, forte et pourtant pleine de tendresse. Je sens que tu te bats avec elle et pour elle.
Je suis maman et malade aussi avec l'immense chance d'avoir un mari près de moi et des enfants, loins de moi et qui m'aiment. Même s'ils ne m'ont pas écrit une aussi belle et merveilleuse lettre que la tienne, c'est pour eux que je suis là aujourd'hui. Merci

nico 11/03/2005 18:54

je t'aime... ma tite soeur... tellement fort !

ton autre 11/03/2005 17:34

....tu l'as touchée, tu l'as faite pleurer, et moi aussi...je dois l'admettre, t'es fort... un p'tit bout de tendresse, une vague de douceur, et aussi et surtout, une immense générosité de sentiments... ta maman, donc la mienne, a beaucoup de chance, et peut être fière de son grand couillon....si ça au moins, ça donne pas une bonne raison de se lever le matin, alors je ne suis pas maman...
l'une des plus belles déclarations jamais lue dans ma petite vie...merci...

nico 03/03/2005 08:17

montre lui... Un proche, un fils, qui se confronte tous les jours à une page blanche, ça devrait intéresser ceux qui nous aime, celle qui t'aime... Non ?!

ess 03/03/2005 02:38

curieux (en fait non) de voir ce que dirait ma mère en découvrant mon blog...