un pilote dans la voiture "avenir"

Publié le par nicolas voisin

Edito du 4 nov.

 

Un pilote dans la voiture « avenir »…

 

 

 

Et si la réélection de Bush, haut la main, renforçait l’Europe, ne serais ce que dans ces convictions ?

 

Cette Amérique qui vote Bush et nous, appartenons à deux univers d’émotion et de conviction clairement distinctes.

 

Ne se rend-on pas compte que ce n’est pas en rêvant très fort un changement politique aux Etats-Unis que notre influence grandira ? C’est en faisant une Europe puissante, avec une diplomatie, une armée (je sais, c’est pas très démago), des instances politiques chaque jour plus fiables, plus efficaces.

 

Face à une volonté de rendre « morale » l’action gouvernementale (aux States), fondée sur des croyances (bibliques), il est urgent de rendre « juste » l’action internationale (puisque l’Europe n’est rien d’autre que cela , une inter-nation cohérente) de nos gouvernements. Et de baser ces actions sur la loi, sur le respect de l’autre (fut il tiers-mondiste – lire à ce sujet l’un des premiers éditos de BLP), la tolérance et une plus grande équité (déjà dans cette dissymétrie Nord-Sud à l’extérieur, comme Pauvres-Riches, notions floues, à l’intérieur)

 

 

A  « fracture sociale », le Chi (et ses scores électoraux rocambolesques) répond « cohésion sociale ». Un leurre (malgré ma sympathie pour Mr Borlot).

Je ne croirai qu’en un sursaut républicain (si les américains croient en Dieu, nous croyons en la république ; n’en ayons pas honte).

 

 

Alors, quand la gauche française nous menace du retour de Jospin (entre lui et Roisdesmous, mon cœur chancelle), quand la droite ne s’interroge même pas sur l’évidence d’une candidature Sarkosy, nous, interrogeons nous.

 

Parce qu’il est charismatique (on peut être petit et charismatique), efficace, excellent communicant, Sarko serait aujourd’hui plébiscité (même outre-atlantique, et même si on s’en fout, comme eux se foutent de nos souhaits électoraux à leur égard).

 

Voulons-nous vraiment d’un monde plus à droite, plus conservateur, laissant plus de moyen aux marché et à l’impérieuse règle du profit (à deux chiffres), ou ne rêvons-nous pas d’hommes plus charismatiques (et plus jeunes !), plus fédérateurs, plus ambitieux, à gauche ? Ou au centre. Et pourquoi des hommes d’ailleurs ?

 

Et parce que cette binaire logique droite-gauche m’horripile, j’irais un pas plus loin : à quand des élus alternatifs, crédibles, apartides, issus de la « société civile » plutôt que de l’incontournable ENA, à l’ambition plus vertueuse, au regard plus profond ?

 

 

Pour cela, il nous manque l’envie.

L’envie d’aller (concrètement, de l’avant).

L’espace pour en débattre est disponible.

Le net, entre autres, est un formidable outil.

Le temps nécessaire est possible.

A chacun de se prendre (et de prendre ses 35h, hihihi !) en main.

Le carburant existe.

Milkshake de rêves et de nécessités.

Le véhicule est une évidence : la voix démocratique et l’usage des médias.

Il nous manque juste un pilote dans la voiture « avenir »…

 

 

Un détail ?

Publié dans la voix du blog

Commenter cet article