extrait d'une discussion père-fils dattant de septembre 2001

Publié le par nicolas voisin

 

Extrait d’un échange d’e-mail dattant du 28 septembre 2001,

entre un père (en France métropolitaine) et son fils (en polynésie)…

étonnants regards sur un proche avenir devenu passé-présent…

 

« Quelques années plus tard ...

 

En ce jour du 11 septembre 2011, soit dix ans après les fameux

attentats qui ont secoués les Etats-Unis, mises à part les

commémorations funèbres concélébrées par l'évêque de NY,

le Rabbin Levy et le mollah Yasmine (qui, rappelons-le, a

abandonné toute activité politique, au profit d'un directoire

composé de plus de civils que de religieux), que reste-t-il

de ces années de psychose permanente, de tensions non

pas intercontinentales mais intercivilisations, de menaces

de guerre, heureusement toujours différées.  Un bref rappel

des faits les plus marquants s'impose, pour mieux comprendre

ce que l'on vit aujourd'hui. Dieu merci (auquel il faut aussi associer

Allah, Bouddha et bien d'autres), le monde "civilisé", au lendemain

de la catastrophe de NY, a beaucoup tergiversé. Une fois établie la

certitude de la responsabilité directe de Ben Laden dans les attentats,

et après que la totalité des dirigeants du monde eut pris ses distances

avec la mouvance taliban, (même si l'on peut douter de la sincérité

des responsables de l'Arabie Saoudite, de la Libye, et dans une moindre

mesure, du Soudan), la situation semblait plus claire.

L'horreur et la démesure des attentats, le choix de Ben Laden de

frapper des civils, la prise de conscience quasi-générale du risque

d'engrenage de la violence, ont incité aussi bien G.W. Bush que Vladimir

Poutine, aussi bien les chinois que les indiens, à se poser la question :

"ou cela s'arrêtera-t-il ?". Il semblerait que leurs conclusions, à quelques

nuances d'ordre culturel prés, se rejoignaient. Tous avaient eu une démarche

intellectuelle similaire, cherchant avant-tout à déterminer les causes

profondes de cette vague de terrorisme. Et tous avaient conclu que

celui-ci n'avait rien, mais alors rien du tout, à voir avec la pauvreté de

certains pays, voire de certains continents. Depuis que le monde est monde, il y

a toujours eu des riches et des moins riches. A l'intérieur de chaque

pays, il y a aussi des riches et des moins riches, sans que pour autant le

terrorisme se développe. De plus, quand on connaît la situation financière du

dénommé Ben Laden, au moment des attentats, la notion de pauvreté prend une

toute autre dimension !! (ou parles t on de l’exploitation de cette pauvreté ?

de la dissymétrie croissante entre nord et sud ?)

L'argent n'étant pas la cause directe du terrorisme, il fallait trouver

Une autre raison, et l'évidence se fit sur le besoin de pouvoir. Ce pouvoir

Que les Américains avaient donné aux talibans (eh oui ! il faut se rappeler

Que ce sont les américains, par l'entremise d'une obscure société

d'implantation d'oléoducs, qui ont permis et favorisé l'accès aux commandes de

l'Afghanistan à des "religieux", certes un peu fondamentalistes, mais

apparemment seuls capables, au lendemain d'une guerre contre la Russie,

de faire régner "l'ordre", cet ordre si favorable aux affaires économiques

!!!) ce pouvoir qui était d'autant plus redoutable qu'il s'appuyait sur des

bases religieuses aussi prestigieuses que le Coran, ce pouvoir dont les

dérives n'étaient pratiquement jamais combattues, au nom de la non-ingérence,

ce pouvoir dont usaient et abusaient les hommes depuis la nuit des temps.

On entendit des gens affirmer que Ben Laden ne faisait que prolonger,

Avec des moyens nouveaux, les exactions de César, Gengis Khan, Napoléon et

Hitler. A ce titre, la quasi-totalité de la planète a "accepté" les

représailles imaginées et conduites par les USA. Ceux-ci ont, comme

chacun s'en souvient, attendu que l'Afghanistan se vide de sa population

civile ou religieuse modérée, et ont ensuite détruit systématiquement toute

l'infrastructure et toutes les installations aux mains des talibans,

s'arrogeant au passage le droit de vie ou de mort sur tous les

talibans. Rappelons-nous que la capture et l'exécution de Ben Laden n'a quand

même pas soulevé, sauf pour quelques extrémistes, une indignation notoire.

Qui aurait alors osé affirmé qu'une autre solution était envisageable ?

Pas les russes qui entendaient bien mener leur "expansionnisme" et leur

Contrôle sur la Tchétchénie comme ailleurs, pas les chinois qui veulent pouvoir

continuer d'exterminer leurs "terroristes" à eux, pas les pays arabes

qui ont, dans l'ensemble considéré que Ben Laden avait suffisamment terni

l'image de l'islam avec son extrémisme. Alors, qui ?

Kouchner, oui, mais c'est sa marotte, le Pape, oui, mais c'est son

boulot. Et si l'on peut considérer que les représailles ont constitué un "acte

de guerre", on ne peut oublier qu'elles répondaient à un autre acte de

guerre. Il est inutile de philosopher sur le besoin que ressent l'Homme de

"faire la guerre", c'est dans sa nature et cela existe à tous les niveaux de la

vie. Qui peut dire ce que serait aujourd'hui le Monde si aucune guerre

n'avait eu lieu ? Au travail, Messieurs les Humanistes !!!

Pour violents que furent ces affrontements de 2001, on peut cependant

Leur accorder le mérite d'avoir servi d'électrochoc. Qui aurait pu penser,

Avant cela, que 97 % des pays du monde tomberaient d'accord pour combattre le

terrorisme, sous toutes ses formes, même si certains l'ont fait sur la

pointe des pieds. Qui aurait parié un kopeck sur le fait que, quelques

mois après ces attentats, Israël et les Palestiniens signeraient un accord

de paix, qui à ce jour est toujours en vigueur ? Bien sur, les luttes

ethniques existent encore, bien sur chacun défend sa notion de la liberté ! Mais

soyons honnêtes et admettons que, globalement, le "calme" est revenu.

Reconnaissons que les USA, pour gendarmes de la planète qu'ils soient,

Ont réduit un peu leur prétention à être les maîtres du monde,

reconnaissons que les russes, certes très occupés à sortir leur pays de la faillite,

n'ont pas envahi une seule contrée depuis des années, rendons hommage aux

dirigeants islamiques, tant en Algérie qu'en Iran, qui ont invité leurs fidèles à

une interprétation moins fondamentaliste du Coran, et remercions le ciel

d'avoir rappelé Saddam Hussein.

On peut voir dans cette tentative d'analyse une tendance à l'angélisme,

Un relatif aveuglement sur les problèmes récurrents. Mais on peut aussi

admettre que, comme depuis des siècles, le monde subit des cycles, et

après un "pic" de violence, l'humanité bénéficie d'une période d'accalmie. On

peut aussi souhaiter que cela dure.

 

 

----- Message d'origine -----

Envoyé : vendredi 28 septembre 2001 07:04

Objet : quelques siècles en arrière...

 

 

Des news. Les bateaux Renaissance Cruise ont déposé le bilan et sont

immobilisés à quai depuis 24 h, plus de 1000 personnes, et des millions

d'investissement en déroute... Tahiti est en train de comprendre ce qui

se passe réellement dans le monde... Ambiance surprenante...

J'ai l'impression que mes contemporains ne saisissent pas l'importance

de ce que l'on est en train de vivre; Jamais guerre, jamais récession

économique n'auront été pire que ce que l'on s'apprête à vivre... A moins

que l'on sache, et j'en doute fort, très vite maîtriser les vrais énémis de

notre mode de vie; et les yeux tournés vers l'étranger, vers un islamiste

intégriste delta me semblent d'une imbécillité sans borne... Le mal va

frapper (de l'intérieur, comme Rome naguère tomba), dut il le faire sans

arme, seul, et courant à sa propre perte... Si demain une centrale nucléaire

française est visée, je vous perds peut être tous... Rien de propre à la science

fiction, à la paranoïa ou à l'exagération... Juste un sentiment nouveau, dangereux,

contagieux, peut être maso mais destructeur, de peur, de réalisme, de fragilité...

Et si demain mes contemporains réalisent l'ampleur du désastre né du trop grand

déséquilibre, d'une misère entretenue et d'un égocentrisme qui n'avait d'égale que

l'opportuniste de dirigeants et décideurs en tous genre ??? Et si demain donc les

occidentaux (re)découvraient la peur, à une échelle inimaginable il y a quinze jours,

s'il subissaient l'horreur, qu'en arriverait il de nos liberté, de notre tranquillité, de nos

projets futiles et existentiels, qu'en serait il de nos tites vies ?... De nos proches,

de notre avenir et de ce que l'on a appelé prospérité ? L'actualité me passionne,

m'effraie, et en accéléré, je ressent ce que beaucoup ressentiront... Un regard

neuf sur notre environnement, sur l'extrémisme, sur demain... Chaque frappe

massive justifiera un attentat odieux , une intolérance réciproque aux conséquence

que je n'ose imaginer.. On aurait dut se rendre compte que si l'autre avait été

moins pauvre, il aurait moins été tenté de tout risquer pour foutre " le système ",

vrais responsable, en l'air, tout bousiller... Et si Toulouse... Et si demain superphénix,

ou le paris-londres d'air france, ou le métro japonais, ou à Naillac comme à Bègles,

pour combien de Massoud morts laisse t on libre des sadams, vivre des ben laden,

prospérer des saoudiens, des afghans, des iraniens ou des algériens , tyrans,

terroristes ou financiers de notre gangrène (une réelle minorité d’entre eux),

combien, combien de temps justifiera t on les thèses les plus racistes par tant

de laxisme, les pires jalousie par un trop grand orgueil, un si grand orgueil ? Et

ses intérets devnus profits, ces profits érigés en loie (du marché) incontournable...

Combien de temps sera t on encore libre de circuler, de désirer, d'acheter, de

s'afficher ? J'espère longtemps, mais aucun ne devra baisser les bras...

Gaffe à vous, et content de pouvoir parler de tout cela...

J'en parlerait des heures... »

 

De cette période, de ces échanges, décalés avec le recu,l est né un roman

« Datte Limite de (la société de) consomation 11 10 11 »

dont certains extraits sont en ligne sur ce site (Oto).

Publié dans romans & nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nico 03/11/2004 20:57

merci guillaume !
pour la "forme du texte", je suis victime d'un bug, j'espère momentanée, dû justement à l'intégration de ce dernier article.
sinon, pour l'othographe, là, il me faut reconnaitre que je suis médiocre !
si ce blog te plait, n'hésite surtout pas à créer un lien (je ferai de même ;-) et à partager cette adresse avec tes contacts !! je suis sûr qu'en s'investissant, un webzine "intelligent" (on essaie !!) et ludique est possible... même s'il traite (aussi) de politique !
bienvenu sur BLP !
 
Nico

Guillaume G. 03/11/2004 20:44

Merci pour cet extrait. J'apprécie ce blog (qui d'ailleurs va figurer dans mes liens), mais il faudrait peut-être revoir la présentation du texte et le présenter dans une forme plus classique.