dommages collatéraux

Publié le par nicolas voisin

3 millions d'électeurs (51%, un record depuis 1988) ont préféré Bush à Kerry. 
A 400 millions la campagne pour celui ci, c'est moins de 150 dollars par électeur gagné.
Bush a réellement un excellent directeur de campagne...
 
150 000 voix d'avance en Ohio (nouvel épicentre mondial) mais 200 000 (provisoires, dont la domiciliation des électeurs reste à vérifier) non dépouillées... L'histoire serait sournoise s'ils étaient essentiellement démocrates...  Il faudra à priori 10 jours pour le savoir. Kerry se fait d'ailleurs bien discret.
 
Restent les grands électeurs, qui tel Dutronc, ou de nombreux hommes politiques de toute obédience, pourraient retourner leur chemise... c'est arrivé deux fois dans l'histoire des États Unis. Et à Washington, on ne vote pas, aussi ce pourrait être un inattendu contre-pied...qui ne devrait (malheureusement) pas se produire.
 
Deux visages d'une Amérique pas si clairement divisée se sont donc affrontés ; l'une démocrate, des cotes, du nord et des grandes villes, des jeunes et des minorités, l'autre, républicaine, moraliste, des campagnes, du sud et du centre. Ainsi que ces surprenants floridiens.
 
Mais comment en vouloir aux floridiens, durement touchés par de récents cyclones, et dont les subventions tomberont (ils en sont convaincus) plus vite, avec le frangin du sénateur à la maison blanche...
 
Bush 2 tentera t il de se rapprocher des ses alliés historiques (en tête le France, l'Allemagne, mais aussi et surtout l'ONU) ? C'est probable. Bonne chance aux chancelleries.
Attaquera t il l'Iran, restera t il indulgent envers Ryad, attentiste en Corée ? C'est vraisemblable.
Baissera t il les impôts ? c'est promis... et dramatique pour l'économie US, qui émet de plus en plus d'obligation d'état pour alimenter cette "locomotive surpuissante (1/3 de la production mondiale) qui génère de la dette pour transporter ces voyageurs" (Yves Messarovich), à l'heure ou les grandes entreprises, elles, misent tout sur leur désendettement, quitte à racheter leur propres actions pour soutenir leur cours en bourse.
Ce nouveau mandat (dégagé de considération électorale pour W), rendra t il le monde plus ou moins dangereux ? la réponse semble s'imposer d'elle même... redoutable...
 
Il pleut à Boston.
Mais ne soyons pas défaitiste...
On est jamais à l'abris d'une (bonne) surprise.
 
Quand à Nader, ce Chevènement US, on ne le remercie pas.
La gauche, même au centre, restera toujours divisée.
Et en quête de chefs charismatiques.
Dommage(s).
Collatéraux.
 
 

Publié dans la voix du blog

Commenter cet article

Eric 03/11/2004 14:51

un premier commentaire retranscit ici..."ça me paraît être un projet dontl'ambition se situe nettement au dessus de celle des français pendant leurssoirées. En le parcourant j'y ai lupas mal de parti pris séduisants qui donnent envie de revenir.Mon conseil du soir avant de me remettre au travail serait de faire, commetu le notes, un tout petit effort sur les fautes d'orthographes..."