capter l'attention ?

Publié le par nicolas voisin


(j'offre une tournée à celui - ou celle - qui me trouve à qui sont ces yeux là...)
 
 
Vinvin, sourire du web s'il en est, s'interrogeait à l'instar de tant et tant d'entre-nous, sur ces blogs, maladies (ou médicament ?), sur ces blogs qui ont bouleversés nos vies... Ou dont on souhaite qu'ils la bouleverse.
 
Echos de discussions et rebondissements...
C'était vendredi ; on en reparlera (quelques nouveaux blog à "tester" pour vous ;-)
 
Bouleversé ? Oui, par ce que "nous" avons trouvé un "format" qui nous permet de nous exprimer quotidiennement, avec une totale liberté éditoriale, avons développer un "quasi-média" qui est notre ombre, notre âme, le prolongement de nos maux, la concrétisation d'un rêve plus vieux que le papyrus : capter l'attention, fut-ce celle d'une poignée d'irréductibles ou celle de "Madame Michu" comme dirait l'Oliv. Bouleversé ? Oui, car les rencontres que nos blogs nous ont permis n'auraient en d'autres circonstances pas eu lieu, oui, car les séparations causées par cette addiction n'en ont été que plus évidentes. Bouleversé car combien d'entre-nous achètent-ils encore leur journal, commandent-ils un canard laqué, voient-ils Steven à la télé, avec le même oeil qu'hier ? Peu. Mais n'a-t-on pas souhaité ces bouleversements ? Je ne prends plus le métros sans penser à celle-ci ou celui-là que je vous croquerez volontiers, ni n'écoute les infos ou ne lis (lie ?!) un bouquin sans m'imaginer partager avec d'autres "excroissances d'url" tel avis ou commentaire, telle critique ou enthousiasme plus ou moins croisé.
 
N'allez pas croire que nous sommes des illuminés, des geeks, des marginaux, des aduléscent redécouvrant un train électrique ou une Barbie éméchée, non. Je ne crois pas me tromper (quoi que !) en vous disant que ceux d'entre-nous qui ont trouvé dans le bloging un moyen de tendre vers ce qu'ils ont toujours voulu être, ou faire (ou un moyen de faire passer un message) n'en sont pas moins conscient des limites (de la portée) de leurs écrits, des contraintes (voulues) qui découlent de cette source de "rythme" qu'est le blog (voir l'article de Vinvin de ce jour à ce sujet) ou encore (et là le débat est largement ouvert) de la "oui-ou-non-sincérité" et donc de la crédibilité des "blogocongratulations" et autres léchouilles virtuelles réconfortantes.
Beaucoup m'ont touchées...
 
Combien sommes-nous qui resterons, dont on se souviendra, qui existeront à travers leurs mots quand ils ne seront plus dans les spotlights de cette e-starisation "bloguée/bloquée" sur le mode essorage, quand nous ne seront plus ces néo-colons de l'île-web qui s'approprient jours après jours quelques minutes d'intérêt chapardées à votre journée.
 
15 ans que j'écris. 15 ans que je me relis, trouve cela médiocre et griffonne à nouveau d'autres lignes biscornues sans autre avenir qu'une panière branlante. Et puis il y a eu "vous". Je pense à ces acteurs, ces chanteurs et autres artistes disant combien ils aiment "leur public" ; je ne les avais jamais compris, avais toujours trouvé cela d'une démagogie consternante. C'est pourtant l'écrasante vérité. Le "public" est "tout" (ou presque !). Sans public point de spectacle, sans lecteur point d'auteur heureux (je vous sens vous énerver là !). Sans commentaires point de bloger épanouis (mais si, mais si ;-)
 
Fallait-il se retrouver seul face à un écran pour se rendre compte que l'on est rien sans "l'autre", qu'il n'y a pas de fierté, de reconnaissance, de réciprocité ailleurs que dans l'oeil de "l'autre", que l'on est jamais rien d'autre que ce que l'on est dans l'œil de cet "autre", rien de plus que l'image qu'il nous renvoie. Ou bien plus que cela...
 
Le bloging (la blogosphère) est un miroir à multiples facettes.
Alors fuyons en lignes...
Il s'y trouve quelque part notre reflet.
 
 
Jolie nuit.
Je vous rajoute les liens demain.
Aprés tout... On est quand même dimanche !
 
 
ps : à ce sujet, je vous ai mis une "aide" (pas sûr que ça vous aide vraiment sans lien hypertexte, pour l'instant) pour vous y retrouver dans les liens... Un premier pas :D
 

Publié dans la voix du blog

Commenter cet article

Sabrina 26/12/2005 19:36

J’aimerai bien avoir un blog aussi bon que celui-ci ! Bravo !

nico 31/01/2005 21:57

tout compris marinette... Un jeu que j'ai déjà fait ici... réponds vite... La couleur d'une feuille de papier ?... la couleur du lait ?... Que bois la vache ?... et oui... Du lait... méchant, trés méchant zarkaoui... "l'ombre de l'annnée"
 ;-)

Marinette 31/01/2005 21:46

Comme quoi finalement c'est pas la peine de mettre une barre sur la tronche des gens sur les photos, meme avec les yeux on les reconnait pas :p

nico 31/01/2005 18:19

la réponse est là... et ces yeux là sont ceux du diable...
Il aura pourtant tout fait pour "capter l'attention" ...

nico 31/01/2005 16:28

nanana... plus bronzé... et dramatiquement contemporain... pas l'âme d'un artiste... ;-)'