moins 10 ou plus...

Publié le par nicolas voisin


(image empruntée
ici)

Si ce matin les températures chez nous (en France) chutent de 10 degrés et plus, si le DJ Zarkaoui fait sauter le disque (des élections en) Irak, avec l'ouverture de l'énième procès Seznec, ces regards tournés vers celui de Nuremberg, vers ce sordide anniversaire de la libération d'Auschwitz, l'annonce de Sardou, Aznavour et Cabrel meilleures ventes de disque de l'année (du poids du "peer to peer" sur les ventes de disques aux non-quinquagénaires ; contre-argumenté par Corneille et Lorie), c'est quelques années en arrière que se tournent nos têtes. L'histoire piétine-t-elle ?

L'on se retrouverait - quelques années en arrière - avant "september 11", avant "december 26", avant la quête des ADM (armes de destruction massives), avant le CDM (cataclysme de destruction massive)...

Et si demain survenait ce CDM ? Si, tel le peuple des dauphins de Werber ("Nous les Dieux", chez Albin Michel / ndlr: lire avant celui-ci "les thanatonautes" et "l'empire des anges"), tel ce pêcheur indonésien, ou cet autre saltimbanque de l'Atlantide, si demain l'Irak, l'Iran, la Palestine ou Cuba, ou encore ce cimetière suffoquant de l'Afrique des grands lacs, semblaient si loin, si secondaires face à l'insurmontable survenu, face à l'incroyable dévastation, face à l'inimaginable, si un Tsu' (à vos souhaits !) ennemi ou un "six-clowns" tristes surgissaient, tel un châtiment divin (crierons certains), tel un retour de manivelle qui d'une chaste et terrifiante main amère, effaçait d'un souffle ravageur, celui de l'apocalypse annoncé par nos couturiers, illuminés et gourous, balayait d'un revers une histoire bâtie dans la peine et la frustration ?

Aujourd'hui s'ouvre une conférence sur la biodiversité à l'initiative du Chi (si les forêts se développent en France, dans le monde, toutes les 6 heures une surface de forêt équivalent à la surface de Paris disparaît et 15500 espèces risquent également de disparaître), aujourd'hui la terre a tremblée (encore, toujours) en Indonésie, aujourd'hui des clips (ceux avec la musique Cyclamed) incitent les irakiens à se croire dans "amour gloire et beauté" le jour du scrutin, aujourd'hui Kiev se réveille plus démocrate et les oreilles raisonnant encore des extravagances de ces seuls artificiers dont il faut se féliciter du travail, aujourd'hui la CIA pointe du doigt cette Turquie dont l'adhésion "plomberait l'UE" (dixit son rapport - ingérence ou consulting ?), aujourd'hui "Le Parisien" nous confirme que les femmes gagnent 20% moins que les hommes... Notre histoire ne traîne-t-elle pas un peu des pieds ?

Allé, je vais m'inscrire au programme de volontariat du PNUD.
nb : pour être solidaire et vous investire, merci de bien vouloir préalablement parler anglais !  Saviez-vous que vous pouviez
devenir web-volontaire ?

Sur ce, je vous laisse avec une devinette.
Qui a dit (je vous enlève la première phrase, sans cela ce serait trop facile) :
"(...) La Terre et l'humanité sont en péril. Il est temps d'ouvrir les yeux. La nature mutilée, surexploitée ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l'admettre. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas. Prenons garde que le XXIe siècle ne devienne pas , pour les générations futures, celui d'un crime de l'humanité contre la vie. Notre responsabilité collective est engagée."    

La réponse est chez génération future ;-)
Beau lundi à vous.

Publié dans la voix du blog

Commenter cet article

nico 15/09/2005 09:16

:)
le bon lien ci-dessous (cliquer sur "site web")
http://www.generationsfutures.net/

merci !

nico 15/09/2005 09:06

:)
coucou toi/vous... le bon lien vers "génération future" (qui a effectivement changé) est là (cliquer sur "site web" ci-dessous) > http://www.generationsfutures.net/

nico 15/09/2005 09:05

:)
coucou toi/vous... le bon lien vers "génération future" (qui a effectivement changé) est là (cliquer sur "site web" ci-dessous) > http://www.generationsfutures.net/

F. de C. 15/09/2005 02:47

Je ne fais que passer. Le lien ne marche pas. Mais c'est Monsieur Chirac qui parle comme ça.
Au fond, parler de générations futures, n'est-ce pas déjà optimiste ?