édito du 26 oct

Publié le par nicolas voisin

Se dépasser.

 

Aller au delà. Exister d’avantage.

Peut on e-exister ? Peut on se e-depasser ? Si ne pas s’exprimer revient à ne pas exister (au sens premier du terme), s’exprimer plus, tenter de diffuser son propos, est il un moyen d’exister au delà de ce que l’on est ?

S’il en va du web comme de la vie, y faire sa place est, de fait, l’occasion de s’inscrire dans un ensemble de possible, que la virtualité rend infini et désincarné.

Se désincarner ?

Se dépasser peut il aussi être exister au delà de sa chaire, et peut on ainsi plus efficacement participer à un élan de pensée ? De la même façon qu’un sportif va au delà des performances innées et communément accessibles, peut on toucher du doigt et porter une pichenette au vingt et un grammes d’immortalités qui nous habite le temps d’une vie ? D’une représentation ?

Sans doute.

Partager d’avantage, échanger d’avantage revient bien à exister d’avantage. E-exister peut être se dépasser. Si ce n’est que , comme tout ensemble de possible, le web n’est riche que de ceux qui le composent. Et qu’exister ou e-exister seul, sans critique ni enthousiasme extérieur n’est autre que survivre. Se survivre. C’est un avis personnel, mais je crois que se contenter de cela serait mourir un peu.

 

BLP est un blog qui souhaite ardemment vivre. Et se dépasser. Ce la ne dépends que de vous. Comme quoi bien au delà de toute concurrence, le client, le publique, l’utilisateur final est bien le rois. C’est le maître effectif du devenir de l’outil de production, comme du produit (en prendre conscience est sensé aboutir à un acte d’achat raisonné , voir engagé ; je suis de ceux qui le souhaite). Et en effet seul, ou en ignorant l’autre, en le méprisant, nul n’existe, ni de fleuri, ni ne grandi. Pas même une multinationale (la débâcle et la reculade du réseau sainclair - leader us des chaînes régionales, pro activiste républicain - lynché et lâché par ses actionnaires face à l’attitude insultante de ces dirigeants dans le contexte de la campagne électorale américaine est à ce titre on ne peut plus significateur, porteur de sens). Quand on vous dit bio-logique ! le marché peut (aussi) ne pas se tromper.

 

Si l’homme est un être social, ce dont on ne peut douter à l’heure des grandes dépressions stigmatisées par nos consommations d’anxiolytiques, la conscience de soit, de l’autre, l’âme, est également avant tout « chose sociale ». L’absolue, le divin, n’est autre que cette conscience-communauté d’âme. Sans doute… Et s’il revenait demain, ce Dieu qui plus que jamais compose notre actualité (et plus encore compte tenu de la ferveur des 13 millions de juifs et un milliard de musulmans dans le monde, en particulier, de leur foi et de l’usage qu’en font une poignée d’intégristes disséminés), ce Dieu, s’il revenait demain, il n’est pas impossible que se soit on line, que nous le croisions.

S’il en est un qui soit virtuel, dans ce cafarnum total, c’est bien lui !

Et si cruellement présent… Je ne sais plus qui disait « si le diable gouverne le monde alors tout s’explique, si c’est dieux, c’est à ni rien comprendre »…

 

puisse demain être la vie, l’épanouissement du vivant, qui nous anime.

 

Ciao, marionnettiste ! Agite donc d’autres pantins en ce blog. « on » s’y ennuiera sans cela !

Votre serviteur s’en retourne à ses amours. Et l’amour est tout. sans amour, le reste ne serait que peccadille. C’est sans doute cela Dieux, sans doute cela, se dépasser : Aimer.

 

Nb; « se dépasser » d’après google-image : un aventurier et son périple conté par la voix du nord, une publicité pour RTL montrant deux femme nues se « dépassant », des ateliers pratiques de rééducation (se dépasser c’est réapprendre à faire) et ce dessin ou un jeune défavorisé se dépasse en contribuant à la rédaction d’un livre… en dérobant la machine à écrire. Se dépasser, c’est aussi transgresser. Reste que google parle de karma, d’amour, de sport et d’exploit. Mieux que Maïté lors de la recherche sur « sexe », que les liasse à « rêver », ou les vélos d’appartement pour « réalité »… petit Larousse et grand Robert, vous nous manquez. Et votre nécessaire vente de papier rend le recours à vos site désuet. Faites comme le monde, et non comme les échos, soyez gratuit, pour être accessible, c’est le prix à payé pour l’accès à la culture.

 

N/

 

PS; ce jour Clinton ressuscitait après pontage (pas pompage, pontage) et participait à l’attendu renaissance de Kerry, des enfants s’entretuaient dans une maternelle, la Polynésie était sur le point de se déchirer (ne serais ce que pour me faire mentir !), la surprise d’octobre s’orchestrait, le japon tremblait, et cela n’a rien à voir, Sarko plébiscitait à raison le financement des lieux de cultes par l’état, de tous les lieux de cultes, pour s’affranchir des pressions étrangères (qu’il pense aux livres, important les livres, au delà des murs) et Pink TV naissait. Sans poppers mais pas sans bruit. Ceci pour ceux qui suivent également l’actu à travers le prisme de ce blog… qui veille au grain ! Et à « Blog » il dit quoi google ?

Demain…

 

 

Publié dans la voix du blog

Commenter cet article