Victoire orange / Mort orange

Publié le par nicolas voisin

Viktor Iouchtchenko remporte l'élection présidentielle en Ukraine ; plus à l'Est un autre Tsunami a marqué ce week end de Noël... récits et image.
 
(source : www.lemonde.fr /26.12.04 à 19h55 / MIS A JOUR LE 27.12.04 à 09h01 / avec AFP et Reuters)
 
NB: Le scrutin s'est déroulé sous la surveillance record de plus de 12 000 observateurs étrangers.

"Le candidat de l'opposition Viktor Iouchtchenko, leader de la "révolution orange", est le vainqueur assuré de l'élection présidentielle de dimanche 26 décembre en Ukraine : selon les résultats publiés lundi matin par la commission électorale centrale et qui portent sur 95,07 % des bureaux de vote, l'avance de M. Iouchtchenko sur le premier ministre Viktor Ianoukovitch est insurmontable puisqu'il recueille 52,7 % des voix, soit 14,52 millions, contre 43,51 % (11,98 millions) pour son rival. Le taux de participation a atteint 77,22 %.

M. Iouchtchenko n'a pas attendu la proclamation officielle des résultats pour revendiquer sa victoire. "La première nouvelle : c'est fait", a-t-il tout d'abord déclaré dimanche soir, radieux, dans son quartier général à Kiev. Il l'a ensuite répété sur la place de l'Indépendance de Kiev devant une foule enthousiaste, qu'il a invitée à rester sur place jusqu'à l'annonce officielle de sa victoire. "Il nous faut encore défendre cette victoire. Nous devons être toujours ensemble", a-t-il lancé, acclamé par plusieurs milliers de ses sympathisants.

"Nous avons été indépendants pendant 14 ans, maintenant nous sommes libres", a-t-il clamé, aux côtés de son épouse vêtue entièrement en orange, couleur fétiche de sa campagne électorale, et de ses proches collaborateurs, dont certains avaient les cheveux teints en orange.

"L'AVENIR DE L'UKRAINE NE DÉPEND QUE DE NOUS"

Appelant ses partisans à "consolider la liberté conquise", il a souligné que "le sort futur du pays ne dépendait ni de Moscou, ni de la Pologne, ni de l'Amérique, ni de l'Europe". "L'avenir de l'Ukraine ne dépend que de nous", a-t-il lancé, avant d'inviter tous les Ukrainiens à "retrousser les manches" pour servir leur pays.

S'adressant à la foule de manifestants qui agitaient des drapeaux orange (couleur de l'opposition ukrainienne) et scandaient "Iouch-tchen-ko", un député de la coalition de M. Iouchtchenko "Notre Ukraine", Mykola Tomenko, a affirmé que la Russie n'avait pas été en mesure d'assurer la victoire de M. Ianoukovitch, qu'elle avait ouvertement soutenu pendant la campagne. Le président russe Vladimir "Poutine n'a pas félicité Ianoukovitch, parce que même Poutine comprend qu'il est impossible de brider la liberté", a-t-il estimé.

"Nous devons aider les gens dans les anciennes républiques soviétiques à mener leurs révolutions", a ajouté le député pro-Iouchtchenko. Cette "révolution orange" est intervenue tout juste un an près la "révolution de la rose" qui a porté au pouvoir dans l'ex-république soviétique de Géorgie un autre pro-occidental, Mikhaïl Saakachvili.

"VICTOIRE DE LA DÉMOCRATIE"

Dans son état-major presque déserté par ses partisans, M. Ianoukovitch a déploré des "violations de droits constitutionnels et des droits humains" lors du scrutin.

Evoquant les difficultés rencontrées par les malades et les personnes âgées pour voter en raison des modifications apportées au dernier moment à la loi électorale, M. Ianoukovitch a déclaré qu'il allait "défendre les droits des électeurs par tous les moyens légaux possibles" après avoir examiné les documents sur les violations.

"J'attends la victoire, mais si c'est une défaite, alors une opposition dure sera formée au Parlement", a-t-il prévenu.

Plus tard, le représentant de M. Ianoukovitch à la Commission électorale centrale, Nestor Choufritch, a reconnu que "d'un point de vue arithmétique, Viktor Ianoukovitch occupera selon toute vraisemblance la seconde place". Mais, a-t-il souligné, "nous ne reconnaissons pas la défaite". "Si on conteste les résultats dans certaines circonscriptions, le résultat du scrutin pourrait être différent".

Le scrutin s'est déroulé sous la surveillance record de plus de 12 000 observateurs étrangers. Parmi eux, un parlementaire européen, le Polonais Jacek Saryusz-Wolski, s'est félicité de cette "victoire de la démocratie" en Ukraine, un pays de 48 millions d'habitants aux frontières de l'Union européenne et de la Russie. "L'enthousiasme des Ukrainiens est formidable" et on espère "qu'il contaminera les jeunes des autres républiques ex-soviétiques, venus à Kiev pour apprendre"."

.....

 

Une fois de plus, la terre (ou le ciel) se sont agités (comme jamais depuis 40 ans) ce week -end. 17000 morts, au moins, en Asie du sud-est (Sri Lanka, Indonésie, Inde, Thailande, etc)... Séisme de près de 9 sur l'echelle de Richter et des vagues de plus de 10 mètres. Suivront les épidémies... Plus d'un million de personnes sont "déplacées", autant dire sans logement.

(photo Reuters / Indonésie)

Une actualité chasse l'autre. 

....

 

Il faut se réjouir quoi qu'il en soit de la victoire orange d'hier.

BLP vous propose d'engager ici un débat sur les "nouvelles frontières" de l'Europe, et notamment sur l'adhésion de l'Ukraine à l'UE.

Je vous propose d'entammer ce débat avec des observateurs de cette élection orange, dès leur retour en France.

On en reparle sous peu...

 

Commenter cet article