Spécial anniversaire (1 mois)

Publié le par nicolas voisin

Sélection d'extraits d'articles
 
 
le 22 novembre :
 
"(...) Et enfin, il y avait ce reportage-sondage sur la droite française...
Parce que moi, petit, j'ai grandi dans une famille plutôt de droite, et j'était moi même plutôt pro-Chi, ce grand dadet qui mettait la main au cul des vaches et se la torchait dans celles des gens avec une ferveur unique. Balla m'avait même fait rêvé un (très court !) temps, je m'étais enflammé pour Maastricht et suis de la génération qui n'a connu que Mitterrand jusqu'à prés de sa majorité politique... Bref, je me croyais plutôt à droite, ne serait-ce que par ce que la droite, c'était l'opposition, et "moins d'États", face à un "plus d'État" et ses lourdeurs de fonctionnement à gauche... Et bien voilà, c'est maintenant bien plus complexe. A droite on veut plus d'État. A gauche on s'est depuis longtemps rangé à des position quasi libérales... Alors, me suis-je dit, au delà de mon manque d'intérêt pour les partis, et pour cette distinction gauche-droite qui ne veut plus rien dire, suis-je un "avant gardiste humaniste de droite" qui se cherche, ou un "alter mondialiste bio-logiste (ok, ce concept c'est de moi, cherche partenaires pour le nourrir !), progressiste, écolo, de centre gauche" qui s'est trouvé ?... je ne sais pas, et je cherche. Une chose est sûr, je n'ai pas peur de tremper ma plume à droite comme à gauche, à contrario d'un Dutronc, qui disait (de tout autre chose, je vous laisse deviner !) "je n'essaierai jamais, car si cela me plaisait, je serais alors furieux d'avoir perdu tant de temps avant d'essayer !"
Et puis je me suis endormis...
J'avais Le Monde sur la joue.
Il s'est débattu...
Je l'ai alors lu...(...)"
 
 
 
le 16 novembre :
 
"(...) "Douceur" (Condoleeza), dit Candi, amie personnelle (et très proche) de W, femme noire, célibataire et sans enfant, ex-conseillère à la sécurité nationale, aux opinions très tranchées ("il faut punir la France " ! dixit), prend la place de Powell, que l'on (la Maison Blanche) n'aura pas tenté de retenir. Sa femme doit se réjouir. Les faucons aussi, bien que Candi n'en soit pas une. C'est la personne la plus écoutée par Bush (avec Karl Rove)... Et c'est surtout un monobloc conservateur qui se dessine, vers une uniformité intellectuelle - vers moins de débat bien que paradoxalement vers des rapprochements, entre autres avec la vieille Europe. On souffle à l'idée que ce ne soit pas Wolfovitch (le théoricien de la guerre permanente, et de celle d'Irak, accessoirement) qui ai pris sa place. Mais tout danger n'est pas écarté. Loin s'en faut.(...)"
 
 
 
 
le 15 novembre :
 
"(...) Il lui a relevé l'index, comme le veut la tradition, il avait été couché le regard tourné vers l'est. L'homme de foie a alors prononcé la shahada "il n'y a de Dieu que Dieu, et Mahomet est son prophète".
Et l'homme est mort.
L'imam s'en est allé.
L'on se souviendra que l'homme avait un rêve "Jérusalem, c'est mon rêve"... I Have a dream...
il a passé l'Aïd, il est au paradis.
"Tous les hommes et les femmes de Palestine sont Arafat. Arafat n'est pas mort, car Arafat, c'est toute la Palestine..."
Puisse la rue ne pas avoir raison...
Car Yasser était d'abord un terroriste, un homme de guerre (et paradoxalement prix Nobel de la paix), quoi qu'en pense la presse unanime - sauf israélienne. "la perte est géante, le symbole est unique, ce sera impossible de le remplacer"... puissent-ils se tromper... Ou mieux, le remplacer par un homme de paix. Un Mandela.
Yasser voulait-il la paix ou souhaitait-il incarner à jamais celui qui a dit non au compromis ? Homme du double langage, il a dit la destruction d'Israël, qui figure dans les fondements de l'OLP, "caduque", mais n'a pas su ou voulu calmer la rue, négocier avec Bill, apprécier les gestes, même de Sharon.
Quoi qu'il en soit, l'homme, dont on a incroyablement fait durer l'agonie, laisse en héritage la cause palestinienne. Un lourd héritage. Et s'il ne saisissent pas immédiatement l'occasion, ce pourraient être les israéliens les grand perdants... Abou Amar (son nom de guerre) aura-t-il instillé la paix ? 
Sa main usée s'est refermée et ses secrets avec lui sont enfouis...  Le grand tabou du grand Israël est il enterré ? Les américains vont ils s'impliquer d'avantage ?
(...) Et les islamistes, quelle va-t-être  leur position ? ils ont boycotté le précédant scrutin, je doute fort qu'ils boycottent celui-ci...
Guérillero, orateur, catalyseur, le vieux, ce chef de village, l'élu parmis d'autres prisonniers, laisse tout un peuple qui pleure, sans terre et sans passeport, devenu à travers sa lutte nombril et caricature d'un monde trop complexe pour se défaire de ses névroses à échelle humaine.
Dans 50 ans nos enfant apprendront à l'école qui était cet arabe avec un bizarre keffieh noir et blanc sur la tête et partiront à Haiffa au Club, bronzer et chiner dans les boutiques de la Mouqata'a, à Ramallah, surfer sur les vagues artificielles du complexe touristique de Gaza et se demanderont pourquoi il s'appelle l'Arafat Inn resort... dans 50 ans... Aura-t-on encore la candeur de se réjouir alors de cette paix retrouvée après avoir vu couler tant de sang ? Sans doute, et je l'espère.
La vie est ainsi faite (...)"
 
 
 
le 15 novembre :
 
"(...) Colin Powell a démissionné. Ce fut le premier homme noir à devenir chef de la diplomatie la plus puissante du monde. Il tire sa révérence. Il voulait raccrocher. Il n'est pas facile de jouer les alibis "modéré" d'un (décevant) gouvernement belliqueux. Rumsfeld et Condolesa se frottent les mains. Gageons que ce sera un nouveau tournant conservateur.
Gaston Flosse et le gouvernement français se fâchent. Il y aura des élections.Tant mieux. Et ça agace Gaston !
L'ONU va (vraisemblablement) signifier des sanctions à Gbakbo. A l'initiative de la France. Il était temps. Le ton monte...Et l'armée Ivoirienne de changer de chef. Et de tenter de racheter des avions de guerre. Humiliés, ils regardent la France avec un oeil plus "mauvais" que jamais.
Le procès des écoutes de l'Élysée, procès fleuve s'il en est, est entamé - écoutes pour préserver la très privée et romanesque vie privée de Mitterrand. Écoutes sous couvert de lutte contre le terrorisme (après "l'attentat" de la rue des rosier). Déjà. 
Et dire que petit je croyais que le plus haute fonction politique était "Mitterrand de la république"... (...)"
 
 
 
 
le 15 novembre (encore !) :
 
"(...) Oui ! à la constitution européenne - qui n'en est pas une, mais un traité constitutionnel, l'aurait on oublié ? Notamment ceux qui prétendent qu'elle n'est pas révisable ?
Oui parce qu'elle est un progrès, riche en avancées (ne serait-ce que par rapport au traité de Nice). Elle est imparfaite (en terme de progrès social, entre autres), trop complexe (plus de 400 pages), trop timide (sur la fiscalité notamment, la latitude de la banque centrale, pour lutter, entre autres, face au dollar) ; l'idée de marché souverain y est trop présente (le terme de marché est cité plus de 50 fois !), mais le développement durable y est intégré, les services publiques / universels définis, et enfin oui ! parce que nous ne pouvons reculer quand il est urgentissime de parvenir à plus d'Europe, mieux organisée, plus puissante.
Déjà pour "imposer" réellement un regard européen sur les défis de demain.
Ce traité va être très complexe à appliquer dans un monde globalisé, à 25, et face aux échéances à suivre : Turquie, choix stratégiques économiques, sociaux, militaires et absolue nécessité de se rapprocher... Des européens.
Oui également à un noyau qui accélère (Eurogroup ?). Il n'y a pas de temps à perdre.
Mais l'Europe doit être plus riche (le budget fédéral n'est composé que de 1% du PIB des états membres, contre 3% outre-atlantique, que l'agriculture ingère en grande partie).
Et oui il est essentiel qu'aucune référence aux racines chrétiennes n'en devienne le fondement, qu'aucune religion n'y soit référente.
Oui aux États-Unis d'Europe de Victor Hugo, oui à un gouvernement élu, à une assemblée et une ambition plus forte.
Oui à la grande idée de l'Europe !
J'ai par contre quelques craintes en constatant le monolithisme des médias et forces vives alentours (auquel BLP participe), qui semblent quasi unanimement pour, à quelques réserves près. Cela n'est forcément pas bon signe. L'intelligentsia n'est pas le peuple souverain.(...)"
 
 
 
le 9 novembre :
 
"(...) Progrès, drogues, castration et sincérité Humeur... Le fait que la France se prononce pour la castration chimique (qui n'en est pas une puisque non définitive) pour les délinquants sexuels récidivistes est un progrès. Libéré des testostérones des hommes, le monde eut été plus juste. la rééducation reste à inventer. Le progrès est également castrateur. Prendre conscience, en temps qu'homme, de l'influence souvent très négative, de ces hormones, vivre avec des femmes chaque jour plus ambitieuses, plus fortes que nous au mal, à la disparition ou au départ de l'autre et souvent plus honnêtes, reste un délicat constat pour les" mâles".... Vivre aujourd'hui l'œil grand ouvert c'est aussi se rendre compte combien les femmes sont si fréquemment "meilleures" que nous. Pauvres hommes. La virilité doit se réinventer. Les drogues, toutes les drogues, nuisent à l'épanouissement. Il n'est pas innocent que j'évoque cela. Je souhaitait me prononcer clairement sur ce thème. On met tant de filtres entre la vie et nous, on triche si facilement, quotidiennement... L'évasion doit être réinventée. Si la sincérité (qui consiste à regarder en face ses failles et ses faiblesses) est une vertu, vouloir agir selon ces vertus est un  exercice incroyablement difficile. Tenter de s'y évertuer reste un défis à repenser chaque jour. Falloudjah tombera. Yasser est en train de tomber. Et ses millions. Et j'ai failli tomber. A chacun son électrochoc. Relevons la tête.(...)"
 
 
 
le 8 novembre :
 
"(...) Ils ne font pas du tourisme, ils s’installent.

Cela fait longtemps (depuis Zarquaoui) que je n’ai pas perdu un pari idiot et sordide. Iran, Syrie, qui sera la prochaine victime du Patriot Act ? Allez, je pari sur Liban. Syriens fuyaient ! Si Wolfowitch que l’on pensait écarté devait récupérer la défense (et Condy le secrétariat d’état ?), l’idée de « guerre éternelle » n’aurait plus grand chemin à faire pour que les néocons passent la troisième.

 Et à Gauche là-bas ?

Et bien comme ailleurs ; on se divise.. Edwards ? Hillary ? Dean ?.... On conspue la simplicité du camp d’en face. Mais la simplicité c’est ce que recherchent (aussi) les électeurs…

Moi je vous dit que quand on va leur parler d'« alter mondialisme soutenable » et autre « développement durable », ils ne vont rien comprendre… (...)"

 

à lire ici : http://biologikpolitik.over-blog.com/article-10672-6.html

 

 

le 5 novembre :

 

"(...) Et pendant ce temps ?

Pendant ce temps, Australie et États Unis n'ont toujours pas ratifiés Kyoto (contrairement à Poutine, surprenant Poutine... il me fait froid dans le dos).
Pendant ce temps le siège permanent de la France au conseil de sécurité des nations-unis est remis en cause (étonnant, non ?!).
Pendant ce temps les socialistes jouent des coudes pour déstabiliser le fou du Rois (Gaston) à Tahiti, et par la même, le Rois lui même (Jacques). Mais sur le fond, ils ont raison.
Pendant ce temps Raffarin est au plus bas dans les sondages, et s'affronte avec Nico sur le prix du gaz. Qui montera.
Pendant ce temps Chirac quitte le sommet de l'UE pour aller faire des ronds de jambes (et condoléances) aux Emirats Arabes Unis... Il est plus probable que notre caractériel président soit très en colère... Avec le premier ministre irakien (et ce n'est pas nouveau). Il faut dire qu'on avait de (plus ou moins) bonnes raisons de ne pas attaquer l'Irak (pétrole, or noir, quand tu nous tient...).
Mais au delà, le Chi fait la gueule parce que "W is back".
Et ça, ça va pas nous servir.(...)"
 
 
 
le 5 novembre :
 
"(...)

Alors, quand la gauche française nous menace du retour de Jospin (entre lui et Roisdesmous, mon cœur chancelle), quand la droite ne s’interroge même pas sur l’évidence d’une candidature Sarkosy, nous, interrogeons nous.

Parce qu’il est charismatique (on peut être petit et charismatique), efficace, excellent communicant, Sarko serait aujourd’hui plébiscité (même outre-atlantique, et même si on s’en fout, comme eux se foutent de nos souhaits électoraux à leur égard).

Voulons-nous vraiment d’un monde plus à droite, plus conservateur, laissant plus de moyen aux marché et à l’impérieuse règle du profit (à deux chiffres), ou ne rêvons-nous pas d’hommes plus charismatiques (et plus jeunes !), plus fédérateurs, plus ambitieux, à gauche ? Ou au centre. Et pourquoi des hommes d’ailleurs ?

 Et parce que cette binaire logique droite-gauche m’horripile, j’irais un pas plus loin : à quand des élus alternatifs, crédibles, apartides, issus de la « société civile » plutôt que de l’incontournable ENA, à l’ambition plus vertueuse, au regard plus profond ? (...)"

 

à lire ici : http://biologikpolitik.over-blog.com/article-9369-6.html

 

 

le 4 novembre :

 

"(...) En se rasant le matin (ce doit être pour cela que je ne me rase pas), Sarkosy se pose des questions spirituelles. Merde. Tournerait-il  adventiste ? Born again Christian ?!

La religion serait, d’après lui, avant et après la vie ce que la république serait à la vie. Laïc ? Dualiste ! On en a déjà parlé (ici), l’Islam doit être financé par l’Etat plutôt que par… D’obscures circuits financiers plus ou moins orientaux. Passons. Il est tard.

D’où vient cette impression qu’à chaque fois que celui ci (Sarko) se penche sur un problème, ce même problème tend à se résoudre… Tel un théorème… Métaphysique Nicolas ? décidément, il est tard…

Sarko croit ? Il se tracasse : « pourquoi suis-je là ? Qu’y a-t-il après ?(dixit) ». un peu pratiquant, beaucoup ambitieux, presque vrais cet as de la plèbe !

« L’homme ne se définie pas face au néant » (le contraire doit être vrais ! Désolé, compte tenu de l’heure, à ceux qui se reconnaîtront)

Merde !

Ce mec est prolixe.

Il est pas mauvais !

On met qui en face ?

A lutter contre les amalgames, à s’engager clairement, il est crédible, Sarko.

Mais pour une raison que j’ignore, j’aimerais bien voter pour quelqu’un d’autre, à la nôtre, de présidentielle…

Et j’aimerais bien voter pour un véritable « président » européen…

Aussi.

Il n’est sans doute pas trop tard.(...)"

 

à lire ici : http://biologikpolitik.over-blog.com/article-8888-6.html

 

 

le 3 novembre :

 

"(...) Bush 2 tentera t il de se rapprocher des ses alliés historiques (en tête le France, l'Allemagne, mais aussi et surtout l'ONU) ? C'est probable. Bonne chance aux chancelleries.

Attaquera t il l'Iran, restera t il indulgent envers Ryad, attentiste en Corée ? C'est vraisemblable.
Baissera t il les impôts ? c'est promis... et dramatique pour l'économie US, qui émet de plus en plus d'obligation d'état pour alimenter cette "locomotive surpuissante (1/3 de la production mondiale) qui génère de la dette pour transporter ces voyageurs" (Yves Messarovich), à l'heure ou les grandes entreprises, elles, misent tout sur leur désendettement, quitte à racheter leur propres actions pour soutenir leur cours en bourse.
Ce nouveau mandat (dégagé de considération électorale pour W), rendra t il le monde plus ou moins dangereux ? la réponse semble s'imposer d'elle même... redoutable...
Il pleut à Boston.
Mais ne soyons pas défaitiste...
On est jamais à l'abris d'une (bonne) surprise.
Quand à Nader, ce Chevènement US, on ne le remercie pas.
La gauche, même au centre, restera toujours divisée.
Et en quête de chefs charismatiques.
Dommage(s).
Collatéraux.(...)"
 
 
 
le 2 novembre :
 
"(...) 20H00 heure française. S’il est vrais que la participation, cet élan, ce sursaut, citoyen sera déterminant(dernier record en date 68% pour l’élection de JFK, plus traditionnellement 50%), alors Kerry a déjà gagné. Bush ne se comporte t il pas en challenger ? Le harry’s bar à Paris a déjà voté, Kerry, par 100 voix de plus sur 600, et il ne s’est jamais trompé, depuis 1929. eux savaient à 18H00.

Mais n’a-t-on pas annoncé Al Gore vainqueur en 2000 ? pas eux.

Fin de l’isolationnisme, de l’unilatéralisme, du leitmotiv « bien-mal » ? les jeunes, les noirs, l’ensemble de la communauté internationale, le souhaitent. Kerry par défaut. Kerry haut la main ? ce serait logique, traditionnel (un président US se fait plébiscité, ou sanctionné, tel W père). Et l’élan est démocrate ces derniers jours. La frénésie républicaine.

A l’instar de la presse française, internationale, nous sommes ici partial.

Ceci nous insupporterait tous si nous n’étions convaincu de la pertinence de ce combat, ne serais ce que pour réviser ce sordide casting. Comme en Polynésie, où dissolution de l’assemblée et annulation des précédentes élections devient possible… compte tenu des manipulations et malversations avérées de Mr Flosse, et malgré une inamitié éclairée face à Mr Témaru, crions OUI ! même si celui-ci serait alors plébiscité.  L’arbitrage est , ici comme ailleurs, au moins aussi important que le résultat. C’est cela tenter d’être impartial. Aussi.

En Ohio (où 1/6 des électeurs votent pour la première fois, un état jamais perdu par un président US), en Pennsylvanie, en Floride (ou 30% des électeurs ont déjà voté, dont 3000 sont… morts), notre avenir à tous se joue, peu ou prou, en ce moment même.

Et si 5 sondages sur 7 donnaient Bush vainqueur ces 48 dernières heures, si au delà du soutient de Mr Clinton, de Mme Kerry, il y a l’ombre de Mme Clinton (si Kerry passe elle manque l’échéance prochaine, qui lui est promise), au delà du fétichisme de Kerry, de son opportunisme…. Il y a ce chiffre : 412 milliards de dollars. Le déficit américain. Financé par moitié par des souscripteurs chinois ou japonais (on en reparle demain !). D’ici là les militaires américains auront à prés ou plus de 70% voté Bush… « nous avons honte de notre administration, de l’image que nous donnons de notre pays; utilisez votre cerveau ! » (un militant démocrate cet après-midi, à un électeur républicain)…

Puisse-t-on voir longtemps, comme Tocqueville, en l’Amérique « plus que l’Amérique (…), une image de la démocratie elle même ». indirecte. Dépendante. Courtisée.

Surpuissante.

Ce même jour, la dernière femelle ours de souche pyrénéenne avait été tuée par un chasseur… Prévenu, il n’aurait jamais du être là.

Métaphore ?

Bonne nuit ! (...)"

 

à lire ici : http://biologikpolitik.over-blog.com/article-8420-6.html

 

 

Celle de Kiev s'agite...

 

A demain.

Publié dans best of

Commenter cet article