closer...

Publié le par nicolas voisin


(image extraite d'une photographie de Cyril Delacour)


Ce matin,
j'avais écrit mon article quotidien, mais avais oublié de consulter mes mails...
BLP est une utopie à laquelle je vous ai conviée.
Je ne pouvais taire ces mots anonymes...
Eloignez les enfants de cet article...
Extraits...

 

"Le cul m'inspire
Et mon con soupire
Ce poème n’est pour moi,
Qu'un ersatz de nos ébats..."

"Je me suis fait cuire
Six saucisses et deux oeufs
Je vois déjà luire
La cellulite…dans tes yeux..."

"Ah Petites Araignées !
Pourquoi vous avoir aspirées ?
Je me réveille en pleine nuit
Le doigt, le poignet, le dos tout endoloris
Vous en seriez bien rassasiées
De ces infirmiers de l'été..."

"Je me suis, lavée, polie, parfumée
Comme à tes côtés
Viens maintenant mon Amour
Fourrer ta tête entre mes jambes
Chut, patience, laisse glisser ta langue
Donne moi ton dos en pâture,

Tes épaules en repas,
J’y ferai traîner mes mains, mes doigts
Et ma bouche te dira
Les mots
Que tu n’attends pas

Je sens ton sexe traîner
De ci de là
Elastique, bandé, tout doux
A en crever

Donne-le moi
Approche-le de mes lèvres
J’y ferai passer mes dents
Comme tu aimes
Sur le gland

« Prends-moi au fond de ta bouche »
Non, pas encore
J’ai envie que tu me mordilles
Encore.

Donne-moi tes mains
Passe-les sur mes seins
Prends, profite, serre et desserre
Je sens ta langue chaude
Dans le trou de mon oreille

Mes jambes s’écartent, mon sexe se fend
Saisis mes fesses maintenant
Mes cuisses t’enserrent
Meurtrissent tes hanches
Ma bouche te cherche
Enervée
Jusqu’à ce que tu te tendes
Et t’écroules
Ah, enfin elle peut te prendre..."

"Aie, aie, aie
Je travaille..."

"Qu’il est lourd ce silence !
J’ai bien tenté Schubert, Mozart et même Mahler
Mais ces cons n’ont pas mis
Ni les chants de Louison
Ni ton irritation
Que ce bol, cette passoire ou ce plat
Ait encore changé d’endroit..."

"Calculs d’ondes sismiques
M’en fous, J’leur fait la nique !
Et Pythagore encore
Oh mon amour, mords…
mords…"

 

Publié dans la voix du blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nico 10/02/2005 10:17

encore ? ... "Fête foi femme finie, puritaine de bénitier, fervente de la dernière demeure, Pourquoi ne pas jouir de la présente ?
Je fume, cendres et volutes, noirs poumons et songes magnifiques.
J’écris, cri cri crin ! Piètres mots sur le blanc papier . Fragrance de mes phrase sous l’ivresse de l’encens. Sang versé sur le blanc papier de mon cahier. Cahier perdu dans les affres de l’abus. Abus, a bu, n’a plus ! Plu, plu, plu sur les vitres souillées de gouttes sèches ; seiche en os dans la cage de mon canari marri de riz pilaf, pauvre piaf !
Je ris ris ris de mes sottes rimes sautantes. Tantes me tentent dans l’attente de tant odorantes tentes sur les quais du Rhône, l’île Barbe ou les quartiers de Gerland. Lent l’élan qui s ‘élance sur les rouges plateaux du Canada. Caribous, chars, chaums et blondes, Schick-Schok, phoques et baleines, boréales aurores et colibris. Marmottes au camping sous la chaleur de la baie. Serres tomates et concombres. Cons encombrent les combles de mon âme confinée dans son monde. Ecriture automatique, tics sarcastiques, tiques sous la peau, tactique tic-tac de l’horloge qui me rappelle que son agaçant petit bruit deviendra sonnerie demain matin !"
... à vos plumes, à vos claviers, j'accueuil vos textes volontier ;-)